Anthony Bourdain et les sous sols de la ceinture blanche



Chef et star de la télévision, Anthony Bourdain est devenu un fanatique de Jiu-Jitsu pendant les cours d'Igor Gracie à New York. Photo: Archives GRACIEMAG

Récemment, le magazine Rolling Stone a lancé un forum Internet sur les journaux perdus de Anthony Bourdain, le célèbre chef, présentateur de télévision et écrivain qui nous a quitté trop tôt en 2018.

Après une vie d'excès, l'Américain a embrassé le Jiu-Jitsu pendant cinq ans, et a même brillé avec une médaille d'or à l'Open de New York, dans sa division. Dans ces messages Internet, il n'a jamais donné son nom - c'était juste la "ceinture blanche de 58 ans" avec le nom d'utilisateur @NooYawkCity.

L'écrivain y a laissé des réflexions puissantes, curieuses et amusantes. Découvrez quelques-uns des meilleurs ci-dessous, traduits ici par l'équipe GRACIEMAG.com

*9 juillet 2014 :

Je n'ai jamais aimé la douleur. Peu m'importe si c'est Gisele Bündchen qui marche vers moi avec des bottes hautes et une cravache, ça ne m'intéresse pas. Cependant, j'insiste pour être écrasé sur les tapis tous les jours et je me sens triste si je ne peux pas y aller. Ce n'est pas normal. Quand je parle de Jiu-Jitsu, de vieux amis me regardent comme si j'avais un bras qui sortait de mon front. Mais je ne m'arrêterai pas. Je ne peux pas arrêter.

* 24 octobre 2014 :

Je sais que je ne serai plus jamais jeune. Je suis conscient que je deviens chaque jour plus lent, plus fragile. Je sais que je ne vivrai probablement jamais pour porter une ceinture noire ou gagner une compétition. Mais je suis sûr que chaque mois je deviens un pratiquant moins horrible. Et que je ne maîtriserai jamais cet art mais, au moins, je l'espère, je m'améliorerai et m'améliorerai toujours. Et de temps en temps, je vais renverser un plus gradé, ou peut-être même finaliser avec mon triangle. Et c'est ce qui me rend heureux.

* 12 décembre 2014 :

Depuis plus de 40 ans, ma vie tourne autour de la drogue. Les boissons et les cigarettes étaient la musique de fond pour rechercher d'autres drogues fortes (héroïne et cocaïne). Je me suis débarrassé de la drogue, mais j'ai suivi un gros buveur jusqu'à ce que je commence le Jiu-Jitsu - à ce moment-là, le fait inévitable d'être écrasé tous les jours a rendu l'alcool beaucoup moins attrayant et les cigarettes hors de question. J'avoue franchement que le Jiu-Jitsu est une dépendance qui a remplacé mes précédentes à bien des égards.

* 22 avril 2015 :

Après 45 minutes de sprawls, squats et burpees, il est temps de rouler. Quelqu'un met "Piña Colada Song" de Rupert Holmes et immédiatement l'ex-catcheur de 200 livres qui vient de se faire frapper par sa petite amie passe furieusement ma garde, me écrase dans les cent kilos et enfonce son poids dans ma mâchoire. Il porte un kimono tout neuf mais sale qui ressemble à une râpe à fromage contre ma joue alors qu'il essaie de me pétrir. J'entends mes dents faire des bruits terribles et je suis sûr que mes obturations vont exploser d'une seconde à l'autre. Jabba The Wrestler a déjeuné au Subway. Je peux sentir l'odeur des oignons aigres pré-coupés dans son haleine - qui, malheureusement, ne fait pas grand-chose pour masquer la terrible odeur de marais qui monte d'en bas, jusqu'à ses cuisses moites. Alors que mes dents cèdent.

* 1er mai 2015 :

Je voyage beaucoup et visite beaucoup de gymnases différents. Et franchement je me fiche de la photo principale devant laquelle je suis obligé de m'incliner : Helio, Carlos, Carlson, Maeda - ou si je suis obligé de m'incliner quand j'entre dans le dojo, quand je pars, quand je parle à l'instructeur, quand je parle à mes collègues… je le fais. C'est leur maison. J'ai la chance de bénéficier d'une manière ou d'une autre de centaines, voire de milliers d'heures d'expérience acquises grâce à ces traditions – aussi stupides qu'elles puissent paraître. Je respecte les règles de la maison. Indiquer. Si je n'aime pas vos règles? Eh bien, je ne visite pas votre maison.

93 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout