Melqui Galvão ouvre le jeu devant l’ADCC et parle d’une nouvelle école

L'un des professeurs de Jiu-Jitsu les plus respectés aujourd'hui, Melqui Galvão fait un travail important dans la vie des jeunes qui rêvent de vivre en faveur de l'art doux.


Devant Escola Melqui Galvão un représentant de Fight Sports, la ceinture noire a une équipe remplie de talents de la nouvelle génération qui est présente sur les podiums des championnats les plus importants du sport.

Maître de son fils, Mica et tels que Diogo Reis, Fabricio Andrey, Luiz Paulo et Brenda Larissa, Melqui repoussera les limites de son équipe.


En effet, en septembre, il inaugurera la première succursale de l'Escola Melqui Galvão en dehors de Manaus. Le gymnase est situé à Jundiaí, dans l'État de São Paulo.


Dans une interview avec l'équipe GRACIEMAG, Melqui a commenté l'arrivée de son équipe à São Paulo et s'est ouvert sur ses attentes avant l'ADCC 2022, ce week-end à Vegas.


GRACIEMAG : Qu'est-ce que cela signifierait pour vous, en tant que père et entraîneur, de voir Mica champion de l'ADCC à seulement 18 ans ?


MELQUI GALVÃO : Le champion ADCC Mica serait un rêve devenu réalité. Il y a trois mois, il était champion du monde de gi et j'étais très content, mais je ne veux pas que Mica reste dans les mémoires comme un combattant de gi, mais comme un athlète complet qui a atteint un haut niveau dans les deux modalités. Mon objectif est qu'il devienne un compétiteur différencié, qui ne choisisse ni un adversaire ni un style. Le voir gagner l'ADCC à seulement 18 ans serait un énorme accomplissement en tant que père et entraîneur. Et c'est pour cela que nous travaillons. Mais il lui reste encore beaucoup à évoluer et à conquérir. Mica n'en est qu'au début de sa carrière.


Comment évaluez-vous un éventuel combat entre Fabricio Andrey et Diogo à l'ADCC ?


Si tout se passe bien, ils gagneront le premier combat puis s'affronteront. Je n'aime pas penser à l'avenir. Si cela arrive, j'aurai une conversation avec eux deux et je ne les laisserai pas se battre. Nous sommes très heureux de participer à l'ADCC et nous ferons notre travail. Nous sommes dans les derniers réglages de préparation. S'ils s'affrontent, c'est parce que ce sont des sportifs de haut niveau et qu'ils méritent d'être là.


Quels sont les plus grands défis pour diriger une équipe pleine de stars comme l'Escola Melqui Galvão ?


Diriger une équipe talentueuse est un défi, mais c'était différent pour nous parce que les garçons ont grandi ensemble et ne venaient pas d'autres équipes. Mes athlètes les plus forts sont ceux qui ont commencé très jeunes, nous sommes donc très proches en tant que famille. Nous visons à aider les autres et l'un prend soin de l'autre, sans vanité. Dans ce cas, cela facilite mon rôle de maître.


Que représente l'arrivée de l'école Melqui Galvão dans la région sud-est du Brésil ?


Nous sommes en route pour Jundiaí. J'ai choisi cet endroit à cause de l'emplacement. Nous sommes très recherchés à Manaus et la tendance est à la hausse de la demande puisque nous sommes à São Paulo. Et cela créera un environnement propice pour que les garçons grandissent. Le Jiu-Jitsu est très populaire à Manaus, cependant, la distance rend difficile la reconnaissance des athlètes qui devraient être valorisés. Nous avons prouvé qu'il est possible de faire du bon travail même sans beaucoup de ressources, et il est maintenant temps d'aller plus loin.


Dans quel but créer une succursale à São Paulo ?


Notre objectif principal est de créer un pont, non seulement entre les athlètes qui ont déjà émergé, mais pour ceux qui ont besoin d'être à l'honneur. Certains athlètes de l'équipe recevront de l'attention et de la reconnaissance où qu'ils se trouvent, mais d'autres, qui sont également très bons, ratent plus d'occasions parce qu'ils sont plus éloignés. Maintenant, nous n'aurons plus ce problème.


Quand avez-vous réalisé que vous pouviez vivre pour le Jiu-Jitsu ?


J'ai réalisé que je pouvais vivre pour le Jiu-Jitsu lorsque j'ai voyagé aux États-Unis pour la première fois. Un ami qui connaissait mon travail m'a convaincu d'y aller et je me souviens que j'ai vendu une moto et contracté un prêt à la banque. Quand je suis arrivé là-bas, j'ai vu qu'il y avait un monde que je ne connaissais pas. Dès lors, j'ai commencé à croire en la possibilité d'avoir une vie professionnelle dans le Jiu-Jitsu. C'est arrivé en 2015. Avant, je voyais le sport comme un mode de vie, un moyen d'éviter que les garçons ne s'égarent.


Que faites-vous pour garder vos athlètes concentrés et motivés face à leur succès ?


Ce sont les objectifs à court, moyen et long terme qui les maintiennent concentrés. Ensuite, je fais un plan pour qu'ils voient ce qu'ils peuvent accomplir s'ils restent concentrés. En outre, avoir un but pour atteindre des objectifs est essentiel. Le secret est d'ouvrir l'esprit des athlètes afin qu'ils réalisent l'importance de leur travail, non seulement pour eux-mêmes, mais aussi pour les autres.


Quels soins sont nécessaires pour polir les athlètes d'élite, comme Mica, Diogo et Fabricio ?


Mica, Diogo et Fabricio sont à un niveau technique très élevé et ont une visibilité et une reconnaissance supérieures à la moyenne dans le sport. Je crois que le fait qu'ils se soient réunis à partir d'un projet social et d'un lieu éloigné a attiré davantage la curiosité du public. Je leur dis toujours que la lapidation est quotidienne. S'ils sont à ce niveau aujourd'hui, ils doivent être bien au-dessus lorsqu'ils atteindront 30 ans. Ils sont loin de leur apogée. Nous avons fait beaucoup sans la structure nécessaire et la tendance est qu'ils ne font que s'améliorer. L'excision est un long processus, mais si c'est bien fait et en continu, les garçons évolueront beaucoup plus.


Quelles ont été les plus grandes leçons que vous avez apprises en Jiu-Jitsu ?


L'une des plus grandes leçons est de savoir réfléchir à des situations inconfortables, d'avoir du courage dans les moments de décision et de savoir prendre des risques. C'est ce que le Jiu-Jitsu nous enseigne, non seulement aux athlètes, mais aux praticiens de l'art en général.


Quelles difficultés avez-vous rencontrées pour faire prospérer votre projet social à Manaus ?


Les gens pensent que le manque d'argent ou de ressources ont été les plus grandes difficultés pour avoir mon projet social. Mais vraiment, c'était le manque d'ambiance. Il y a 11 ans, quand le projet a démarré, je n'avais pas de titres ou de champions significatifs autour de moi. Et former une équipe gagnante là où il n'y a pas de champions est très difficile. Nos plus grandes batailles ont été le manque de paramètres et les doutes quant à notre capacité à faire grandir le projet social à Manaus.


Traduit par LifeAcademy

Bonne lecture à tous !!

Osss

31 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

En 2016, GRACIEMAG a demandé aux meilleurs compétiteurs de BJJ de poser les questions phénoménales à Leandro Lo et nous avons donc mis en place un quiz. @MarcusBuchecha, par exemple, a demandé : "Quel